Santé publique France et l’Agence nationale de sécurité sanitaire, en collaboration avec les Associations agréées de surveillance de la qualité de l’air (AASQA), lancent une étude inédite sur l’exposition aux pesticides des riverains d’exploitation viticole. Les premiers résultats seront connus en 2024.

Quels sont les objectifs de cette enquête ?

Les impacts sanitaires liés à l’exposition aux pesticides est une préoccupation importante. Cette étude a pour objectif de mieux connaître et comprendre l’exposition aux pesticides des riverains vivant près de cultures viticoles car peu de données sont disponibles actuellement. L’étude PestiRiv est inédite en termes de sources d’exposition prises en compte (air, alimentation, activité professionnelle et usages domestiques), de diversité des échantillons collectés conjointement (air ambiant, air intérieur, poussières, urines, cheveux, aliments autoproduits) et de maillage territorial, avec 6 régions viticoles couvertes.

Objectif principal : savoir s’il existe une différence entre l’exposition aux pesticides des personnes vivant près de vignes et de celles vivant loin de toute culture.

Objectifs secondaires :

    • mieux connaître les sources d’exposition aux pesticides ;
    • étudier l’effet de la distance du domicile aux vignes sur l’exposition ;
    • étudier les liens entre les différentes sources d’exposition et leurs influences sur l’exposition globale ;
    • décrire la variation de l’exposition au cours de l’année.

Quel protocole pour cette étude ?

L’étude est réalisée auprès de 3 350 participants tirés au sort, des adultes de 18 à 79 ans et des enfants de plus de 3 ans vivant dans des zones viticoles (à moins de 500 mètres de vignes et à plus de 1 000 mètres d’autres cultures) et des zones éloignées de toute culture (plus de 1 000 mètres de toute culture). Les participants seront répartis dans plus de 250 zones d’études, représentant des situations locales contrastées, dans six régions : Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté, Grand Est, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie, Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Les mesures se dérouleront sur une année à partir d’octobre 2021 jusqu’en septembre 2022. Elles indiqueront les différentes sources d’expositions :

  • Accumulation dans l’organisme : échantillons d’urines et de cheveux.
  • Environnement intérieur : poussières, fruits et légumes du jardin de certains participants.
  • Environnement extérieur : mesures de pesticides dans l’air extérieur menées dans certaines zones viticoles et d’autres éloignées de toute culture.

Des questionnaires seront également adressés aux participants pour identifier les sources pouvant contribuer à leur exposition aux pesticides. Des données météorologiques, topographiques ainsi qu’une analyse du contexte agricole et de la surveillance nationale de l’eau seront également inclues afin d’évaluer leurs influences sur les traitements et l’exposition.

Pourquoi cette étude PestiRiv est importante ?

PestiRiv est la première étude qui va permettre d’évaluer l’exposition réelle aux pesticides des personnes vivant près de vignes et de celles vivant loin de toute culture grâce à des prélèvements biologiques à l’ensemble des sources possibles d’exposition : l’air, l’alimentation, l’eau, l’activité professionnelle dont les usages agricoles, et les usages domestiques. L’étude est inédite en termes de sources d’exposition prises en compte (air, alimentation, activité professionnelle et usages domestiques), de diversité des échantillons collectés conjointement (air ambiant, air intérieur, poussières, urines, cheveux, aliments autoproduits) et de maillage territorial, avec 6 régions viticoles couvertes.

Ainsi, il sera possible d’identifier les sources qui contribuent le plus à l’exposition aux pesticides et l’influence que peuvent avoir la distance aux vignes ou encore les habitudes et les comportements des individus sur cette exposition. Mieux comprendre l’origine de ces expositions permettra d’identifier les moyens de les limiter et d’éviter en conséquence les effets potentiels de ces produits sur la santé.

Le rapport complet des résultats de l’étude PestiRiv sera publié sur les sites internet de Santé publique France et de l’Anses en 2024.

 

Crédit image : Sylvain Brison on Unsplash