Chaque année, la pollution de l’air tue 40 000 personnes en France*. C’est la 2ème préoccupation environnementale des Français·e·s** . Pendant le premier confinement du printemps 2020, 2 300 décès* ont pu être évités.

De plus en plus de collectifs, de parents d’élèves et de citoyen·ne·s se mobilisent pour exiger un air plus respirable. 70% des parents d’élèves estiment par exemple qu’il n’y a pas suffisamment de projets en matière de qualité de l’air autour des écoles (sondage BVA Ligue contre le cancer 2021).

La qualité de l’air est une préoccupation grandissante de la population alors comment communiquer auprès d’elle ? Nous vous proposons un petit tour de France avec plusieurs projets de collectivités dans une courte vidéo animée.

 

Des projets innovants partout en France 

De nombreuses initiatives voient le jour partout en France. Des projets innovants proposés par des Associations agréées de surveillance de la qualité de l’air (AASQA) et/ou collectivités. Nous vous proposons un tour de France avec un focus sur 6 projets :

Nantes 

Projet : construction d’un nuage connecté dont la couleur change en fonction de l’indice ATMO en temps réel en partenariat avec Air Pays de la Loire et à la Samoa, SEM, Nantes métropole.

Localisation : Berges Nord / quai Hoche

Données provenant Air Pays de la Loire, Atmotrack et APSF

Nantes Métropole informe également les habitants de la qualité de l’air (indice calculé par Air Pays de la Loire) dans l’application grand public  « Nantes dans ma poche » qui comprend une brique « qualité d’air ».

Clermont-Ferrand

Projet : installation de 4 indicateurs dans la ville dont l’échelle varie en fonction de l’indice ATMO. Ces indicateurs sont mis en place dans le cadre d’un marché mobilier urbain où sont associés la Métropole, la Ville de Clermont et le SMTC.

Localisation : passages fréquentés (place, carrefour ou boulevard)

Données provenant d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes

Région Normandie

Projet : création d’une pièce pédagogique « Les Exp’Air » en co-production avec Atmo Normandie et la compagnie de théâtre « ça s’peut pas ». La pièce présente aux enfants les problèmes liés à la qualité de l’air de façon originale et ludique en proposant des pistes pour améliorer la situation.

Diffusion : en tournée à travers la région Normandie depuis 2008 auprès du public scolaire (6e, CE2, CM1, CM)

Grenoble Alpes Métropole

Projet : éducation à l’environnement pour les 7-13 ans sur le temps périscolaire

Diffusion : l’ensemble du territoire

Moyens mis en oeuvre : la Métropole grenobloise soutient des projets sensibilisant les enfants de 7 à 13 ans aux thématiques du Plan Énergie climat pendant les temps extra ou péri-scolaires (MJC, centre de loisirs….).

Toulouse

Projet : Réalisation d’une grande campagne de concertation avec des débats publics, des réunions bilatérales, une plateforme interactive et des affiches de sensibilisation à la qualité de l’air 

Diffusion : l’ensemble du territoire

Moyens mis en oeuvre : site internet, réseaux sociaux, affiche, flyer, réunion/concertation

Campagne d’affichage à découvrir : Toulouse affiche generique et Toulouse affiche mobilite

Ville de Villieu Loyes Mollon

Projet : utilisation de l’application « PanneauPocket » pour informer et relayer aux habitant·e·s les informations de qualité de l’air

Diffusion : tous les habitant·e·s

Moyen mis en oeuvre : application « Panneau Pocket »

 

La qualité de l’air : une préoccupation grandissante

L’enquête menée par l’université de Strasbourg, l’Eurométropole et Atmo Grand Est sur “Les Strasbourgeois face à la pollution de l’air” permet de comprendre comment les Strasbourgeois·e·s se représentent la pollution de l’air. 

Les citoyen·ne·s sont davantage intéressé·e·s et préoccupé·e·s par la pollution de l’air aujourd’hui que par le passé. En effet, si en 2007 les habitants n’allaient pas chercher de l’information, aujourd’hui ils/elles sont en demande d’éléments de données sur la qualité de l’air qu’ils/elles respirent au quotidien.

On constate donc un décalage entre un nouveau besoin et les outils mis à disposition des habitant·e·s. Les outils proposés pour répondre à cette demande sont encore peu accessibles et lisibles. Ils ne sont pas suffisamment développés pour satisfaire une demande croissante. Les cyclistes par exemple souhaiteraient disposer de cartes renseignées sur les concentrations de pollution pour mieux choisir leurs itinéraires.

Lire notre article complet

 

Si vous souhaitez proposer votre projet de communication, n’hésitez pas à nous écrire : contact@alliancequaliteair.fr

 

*chiffres Santé Publique France

**chiffres INSEE 2019