Rouen Normandie Métropole

Portrait du territoire

Elue référente
Marie Atinault
Fonction
Vice-présidente en charge des transitions et innovations écologiques et des déchets
Chargé.e de la qualité de l’air
Charlotte Célestin
+ d’infos sur la collectivité
Métropole composée de 71 communes – Nombre d’habitant.e.s sur le territoire : 492 681
Région : Normandie – Adresse : 108 allée François Mitterrand- CS 50589 – 76006 Rouen cedex – Année d’adhésion à l’Alliance : 2021
La qualité de l’air
sur le territoire
La qualité de l’air sur le territoire

Principales problématiques rencontrées sur la qualité de l’air

Une amélioration de la qualité de l’air est observée depuis une dizaine d’années sur le territoire de la Métropole Rouen Normandie, notamment pour le dioxyde de souffre dont les concentrations ont diminué de 70 % depuis 2005. Le territoire présente toutefois une qualité de l’air dégradée 1 jour sur 10, et ce plus particulièrement durant le printemps. La qualité est alors médiocre à très mauvaise, avec un indice ATMO de 6 à 10.
Malgré une réduction de la pollution de fond de 20 à 30 %, le dioxyde d’azote et les particules fines constituent un enjeu prioritaire dans l’amélioration de la qualité de l’air du territoire. En effet, le territoire est sujet à des dépassements récurrents des seuils réglementaires en proximité de trafic pour le dioxyde d’azote et est ciblé – pour ce polluant – par une procédure de pré-contentieux engagée par la Commission Européenne à l’égard de la France. Dans une moindre mesure, les particules fines (PM10 et PM2,5) représentent également un enjeu identifié par le Plan de Protection de l’Atmosphère de la Seine Maritime et de l’Eure.

Objectifs de la collectivité pour améliorer la qualité de l’air

La stratégie de la Métropole en matière de la qualité de l’air s’articule autour de 3 axes :
1. L’amélioration globale de la qualité de l’air en réduisant les niveaux de pollution de fond : la Métropole a pour ambition de dépasser les objectifs nationaux et vise les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé en termes de concentration de polluants atmosphériques à l’horizon 2030. Cet objectif est très ambitieux pour le territoire qui observe actuellement des dépassements des objectifs de qualité pour les particules fines, le dioxyde d’azote et l’ozone.
2. La suppression de l’exposition des populations aux dépassements des seuils réglementaires (valeurs limites) à l’horizon 2024. En effet le territoire est actuellement sujet à des dépassements de valeur limite pour le dioxyde de carbone.
3. La réduction des émissions de polluants atmosphériques. En accord avec les prescriptions du PPA, la Métropole se fixe comme ambition de décliner les objectifs nationaux de réduction des émissions de polluants atmosphériques définis dans la directive européenne NEC. Les objectifs de la Métropole font également référence aux objectifs régionaux du SRCAE de la Haute-Normandie.

Exemples d’actions pour réduire la pollution atmosphérique

Réduire les émissions de polluants atmosphériques en lien avec le secteur des transports :
o Renforcer les politiques de mobilité durable, notamment via le projet Normandie Mobilité Intelligente pour Tous présenté à l’appel à projet national « Territoire d’innovation grande ambition » (TIGA) qui porte sur une transformation profonde de la façon de se déplacer
o Soutenir et développer la marche et le vélo avec l’élaboration d’un schéma directeur des mobilités actives ainsi que la mise en œuvre des programmes « Cœur de Métropole » et « Ville respirable en 5 ans »
o Renforcer l’exemplarité des véhicules de la Métropole moins émetteurs en polluants atmosphériques

Réduire les émissions de polluants atmosphériques en lien avec le secteur agricole

o Réduire les émissions de NH3 à travers une meilleure gestion et valorisation de l’azote contenu dans les effluents d’élevage, les fertilisants et l’alimentation animale

Exemples d’actions pour réduire l’exposition des habitant.e.s 

Réduire les émissions de polluants atmosphériques en lien avec le secteur résidentiel :

Soutenir le renouvellement des appareils de chauffage au bois peu performants. Une étude de préfiguration d’un fonds d’aide sera ainsi lancée afin de définir les conditions de mise en œuvre et d’attribution de cette aide. Cette action présente des co-bénéfices : réduction de la facture énergétique pour l’usager, préservation de la ressource bois, contribution à la consolidation du tissu économique local

Réduire les émissions de polluants atmosphériques en lien avec le secteur industriel :

Renforcer les dynamiques industrielles en faveur de la qualité de l’air en diffusant les bonnes pratiques, en évaluant leur efficacité et en s’appuyant sur les leviers économiques tels que la RSE et l’ISR.

Qu’attendez-vous pour nous rejoindre

L’association est ouverte à toute collectivité qui souhaite s’engager dans la lutte contre la pollution atmosphérique